THEATRE

Fanny Cottençon lit "La promesse de l'aube" (extraits - de Romain Gary)

Villeneuve-Loubet, Jardin du Pôle Culturel Auguste Escoffier, 269 Allée René Cassin Villeneuve-Loubet

vendredi 07 août 2020 de 21:00 à 22:30

Festival des Mots à Villeneuve-Loubet
Née en 1957 à Port-Gentil au Gabon, l’actrice Fanny Cottençon intègre d'abord l'Ecole de la rue Blanche, avant d'enchaîner les rôles de jeunes premières dans des pièces classiques.

C'est en 1982 avec L'Etoile du Nord de Pierre Granier-Deferre que Fanny Cottençon atteint la consécration avec en prime le César du meilleur second rôle féminin. Toujours en 1982, elle tourne dans Tête à claques de Francis Perrin et Paradis pour tous d'Alain Jessua. On la verra ensuite dans l e s fausses confidences de Daniel Moosmann, Ta n t qu' i l y aura des femmes de Didier Kaminka et Les Saisons du plaisir de Jean-Pierre Mocky en 1988.

Elle revient en 2001 avec trois films dont celui de Liria Begeja Change-moi ma vie. Compagne de Roger Coggio, Fanny Cottençon a été aussi sa partenaire et actrice dans Le Mariage de Figaro en 1989. Elle continue de jouer beaucoup pour la télévision et le théâtre où elle a interprété avec succès Les Monologues du Vagin de Eve Ensler.

Elle sera bientôt au côté de Michel Leeb dans la pièce « Inavouable » de Eric Assous à La Comédie des Champs Elysées.

Lecture de « La promesse de l'aube » de Romain Gary


-Tu seras un héros, tu seras général, Gabriele D'Annunzio, Ambassadeur de France – tous ces voyous ne savent pas qui tu es !

Je crois que jamais un fils n'a haï sa mère autant que moi, à ce moment-là.

Mais, alors que j'essayais de lui expliquer dans un murmure rageur qu'elle me compromettait irrémédiablement aux yeux de l'Armée de l'Air, et que je faisais un nouvel effort pour la pousser derrière le taxi, son visage prit une expression désemparée, ses lèvres se mirent à trembler, et j'entendis une fois de plus la formule intolérable, devenue depuis longtemps classique dans nos rapports :

- Alors, tu as honte de ta vieille mère ?

Dans ce roman autobiographique, Romain Gary raconte son enfance en Russie, en Pologne puis à Nice, le luxe et la pauvreté qu'il a connus tour à tour, son dur apprentissage d'aviateur, ses aventures de guerre en France, en Angleterre, en Éthiopie, en Syrie, en Afrique Équatoriale, il nous raconte surtout le grand amour que fut sa vie. Cette «promesse de l'aube» que l'auteur a choisie pour titre est une promesse dans les deux sens du mot : promesse que fait la vie au narrateur à travers une mère passionnée ; promesse qu'il fait tacitement à cette mère d'accomplir tout ce qu'elle attend de lui dans l'ordre de l'héroïsme et de la réalisation de lui-même.