De la Crau ( Sam Karpenia ) ou le shaman qui s'ignore .

Rédigé le 07/03/2020
L'oreille qui gratte


Partir en voyage sonore auprès des mondes de Sam Karpénia c'est se voir, se sentir éclaboussé, pris par une fièvre constante et progressive.
Les notes et les secondes s'étirent comme en réalité virtuelle augmentée.
Tout s'étends, progresse, s'étire, se repends, te saisit , t'enserre et t'envole.
A quel genre pourrais t'on comparer une telle musique qui est souvent tendu ?
On ne serait dire, les mondes de Sam Karpénia sont des terres vierges, où il est benediction d'accoster...
Nous avons eu du mal à le et à nous quitter, normal, nous y resterons toujours.
le 06 Mars, le Mistral a vrombi, mugit depuis la plaine de La Crau au Moulin à Lire à Grasse. La musique de Sam Karpienia et De la Crau ressemble au souffle de ce vent qui gonfle, s'élance en rafales, puis dans un calme tendu repart en tension jusqu'à un point de rupture.
Quelle claque musicale, intense, puissante et rare !
Merci de cette belle soirée et nous étions moins de 5000 !