Département 06 : le budget 2021 sous forte contrainte après la tempête Alex

Rédigé le 06/11/2020
Jean-Michel Chevalier


En attendant le vote prévu en décembre, le débat d’orientation budgétaire 2021 qui s’est déroulé vendredi 6 novembre a évidemment tourné autour de la destruction par la tempête Alex des quatre vallées azuréennes et des conséquences de cet événement sur les finances de la collectivité.

Sur un ton grave, Charles-Ange Ginésy a parlé en ouverture pour la France d’une "économie proche de l’écroulement", d’une "situation dramatique" avec un PIB qui devrait reculer de 11% cette année. Et de la situation délicate des A-M affectées par la crise du Covid, par "Alex" et par le terrorisme avec l’attentat de la basilique Notre Dame à Nice.

Priorité à la gestion de la crise sanitaire, au soutien à l’économie et la reconstruction

Alors qu’il était engagé depuis plusieurs années dans une politique de désendettement (- 115M€ d’encours), le Département06 n’a désormais d’autre choix que l’emprunt pour faire face à la reconstruction de ses vallées : 200 millions seront appelés, dont 60 injectés à effet immédiat (4 M€ pour les aides financières au victimes, 55 M€ pour la reconstruction).

"Ces 200 millions ne constituent qu’une première phase, ils ne seront d’ailleurs pas suffisants, en espérant que, comme promis par le président de la République, les finances de l’état viendront nous conforter. J’ai écrit à Jean Castex pour lui demander un engagement précis".
De nombreux facteurs d’incertitude empêchent une "vision stabilisée" sur les finances du Département. "Ce budget a trois priorités : la gestion de la crise sanitaire, le soutien à l’économie et la reconstruction".

Le cadre financier sera contraint, avec notamment une prévision d’effondrement de moitié de la CVAE qui ne rapportera plus que 40 M€, tandis que les dépenses de fonctionnement seront marquées par le Covid et une hausse sans précédent du nombre d’allocataires au RSA, passés de 22 000 en août 19 à 26 000 un an plus tard (+18,5%). Ce dernier poste représentant à lui seul une dépense de 14,5 millions.

"Mais aucune de nos politiques ne doit être remise en cause. Le Green Deal et le Smart Deal seront maintenus et deviendront les piliers du plan de relance départemental" commente le président Ginésy.

Il faudra un milliard - et sans doute un peu plus - pour réparer les vallées qui se trouvent comme "en état de guerre" et victimes "d’un bombardement". Dont 600 millions pour les seules routes départementales, tandis que de son côté l’addition est au moins aussi élevée pour la Métropole.

Une fois n’est pas coutume, mais l’opposition votera le budget. "Il est important de montrer que les élus sont capables de travailler ensemble dans une union départementale car après la tempête Alex notre collectivité a répondu rapidement et efficacement aux besoins des populations, des communes, des entreprises" a indiqué Marie-Louise Gourdon. Elle a aussi précisé qu’à 996M€ fin 2021, l’encours de la dette nous ramène dix ans ans en arrière.