Ma Sorciére bien aimée, le premier épisode

Rédigé le 31/10/2020
Côte Culture


Samantha, membre d'une éminente société de sorcellerie, a vécu pendant plusieurs siècles loin des humains. Un jour, cette ravissante sorcière tombe amoureuse et épouse Jean-Pierre Stephens (Darrin Stephens dans la version originale), un mortel qui travaille dans l'agence de publicité McMann et Tate.
La vie de Jean-Pierre est bouleversée lorsque sa femme lui avoue le soir de leur nuit de noces qu'elle est une sorcière. Samantha n'a qu'à bouger son nez pour lancer un sortilège. De plus, sa mère, Endora, et son père, Maurice, et tous les autres membres de sa famille pratiquent la sorcellerie.
À la demande de son mari, qui veut une épouse normale et refuse la magie chez lui, Samantha promet de ne plus utiliser ses pouvoirs et de vivre comme une humaine. Mais voilà qu'Endora, la mère de Samantha, refuse de voir sa fille traitée comme la bonne à tout faire de ce simple mortel.




Aussi, elle s'acharne à vouloir montrer à Samantha l'erreur qu'elle a faite en épousant cet être « inférieur » et se lance dans diverses manigances pour ensorceler Jean-Pierre. Il est ainsi tour à tour changé en singe, en chien, en bouquetin, en perroquet, en enfant, en vieillard, avec une tête de cochon, en sorcier, en loup-garou, divisé en deux personnalités, quand il ne se retrouve pas tout bonnement désintégré. Endora influe aussi sur le caractère de Jean-Pierre en le rendant fainéant, hypermnésique, égocentrique, avare, parlant parfaitement italien ou espagnol mais oubliant sa langue maternelle, disant tout haut ce qu'il pense, poli à l'excès, indécis...

Malgré sa promesse, Samantha est donc parfois obligée de recourir à la magie pour sortir Jean-Pierre d'un mauvais pas, ou pour arranger la situation lorsque, à la suite des agissements d'Endora ou d'autres sorciers, la situation entre Jean-Pierre et ses clients tourne à la catastrophe.